» En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de statistiques de visites ainsi que pour la sécurisation de vos commandes.
Pour plus d’informations cliquez ici
Click pour zoomer dans la photo d'art
  • Titre de la photo d'art : Palmiers et graffitis

  • Photographe auteur : Marion Barat

  • Edition limitée à : 15 photos, 15 tirages dispo.

Format photo d'art - Besoin d'aide ?

Les formats disponibles pour cette photo d'art en édition limitée sont :

  • 40 x 40 cm
  • 50 x 50 cm
  • 60 x 60 cm
  • 80 x 80 cm
  • 100 x 100 cm

Finition photo d'art - Besoin d'aide ?

Les finitions disponibles pour cette photo d'art en édition limitée sont :

  • Tirage simple
  • Encadré bord bois
  • Contrecollé Dibond
  • Caisse américaine
  • Diasec
  • A partir de 449.00 €

Palmiers et graffitis est issue d'une série de cinq photographies tirées en édition limitée intitulée Venice Beach 2008 disponible en exclusivité sur La Galerie Virtuelle. Cette série de photographies a été réalisée par Marion Barat, photographe auteur.

A propos de cette photographie d'art

Palmiers s'élevant droits à la verticale vers le ciel aux pieds desquels un long mur horizontal, dont on ne voit pas le début ou la fin, est couvert de graffitis.

Il y a une tradition à Venice Beach et Los Angeles depuis les années 60, celle des peintures murales qui viennent redonner vie à des pans de murs d'immeubles en voie de décrépitude. D'ailleurs à quoi peut bien servir ce mur à part à arborer ces peintures colorées ?

A propos de cette série de photographies d'art

Road trip à deux en Californie. Point de départ Los Angeles, destination San Francisco. Le voyage se fera par la mythique Highway 1 qui longe la côte Pacifique, impressionnante route sinueuse aux points de vue infinis sur l'océan et de plus en plus désertiques à l'approche de Big Sur.
A la recherche des vestiges d'une époque que je n'ai pas connue et qui me fascine, de la Beat Generation au Flower Power.
L'Amérique fantasmée, tellement cinématographique, photogénique et musicale.
Cette série d'images a été réalisée au début du voyage, à Venice Beach.
L'endroit est normalement très fréquenté, très touristique, mais il est possible de s'y sentir loin de tout et de tous comme en ce matin de janvier. Plage déserte, terrain de volley-ball à l'abandon, postes de secours fermés, on se croirait presque dans une ville fantôme, un décor alors qu'en réalité à quelques mètres de là, sur Ocean Front Walk c'est le spectacle quotidien des visiteurs et de la faune locale bigarrée.
J'ai voulu m'attacher au paysage de Venice, à la nature du lieu. Car il s'agit bien de nature même si l'océan, le sable, les palmiers, les mouettes partagent leur territoire avec le béton et les fils électriques. C'est ce qui me plaît dans la pratique de la photographie, la possibilité d'isoler une scène, un endroit, et lui donner une réalité que j'ai choisi en laissant de côté ce qui se passe autour.
Mon Venice Beach est paisible, vide et nostalgique.

Images réalisées en argentique avec un boîtier 6x6 Hasselblad et du film Kodak Portra 400 NC.

A propos du photographe contemporain

Marion Barat est tombée dans la photographie à l'adolescence par la grâce d'un Canon AE1 offert par son père. Avide d'apprendre tout d'abord, elle s'astreint à maîtriser le tirage comme la lumière, au fil d'un parcours classique d'étudiante puis d'assistante. Avide de comprendre ensuite, elle s'attache aux gens, traque la réalité, témoigne du quotidien. Son approche instinctive et respectueuse lui a permis de collaborer avec de nombreux magazines dont GRAZIA, GLAMOUR, WAD, DEALER DE LUXE, FLAVOR, SPRAY..., au travers de portraits de créateurs, de musiciens, de comédiens ou d'anonymes qui nous ressemblent. Elle raconte ces histoires connues de tous mais si mystérieuses pour chacun. Ses portraits délicats, ses paysages, ses polaroïds, tissent un travail tout en finesse à l'écoute de la petite musique des jours qui passent.

Sélection de photographies d'art susceptibles de vous intéresser